Presse italienne « Avvenire » : « Il camino di Ventimiglia »le 9/10/2021 – traduit

https://www.avvenire.it/attualita/pagine/il-cammino-di-ventimiglia?fbclid=IwAR3baisRtcMt-4Qa6THcupWjb5Z7HPQPiEtpxunqam5SrgzNb3PdJf3KJNo

Article traduit © Roya citoyenne

Vintimille, point chaud de la frontière. Les migrants, ce carrefour entre la mort et le paradis au-dessus de Menton

Avec le contrôle des chemins de fer, les passeurs sont revenus monopoliser les passages en voiture et en camion. Ceux qui n’ont pas d’argent essaient de passer par les sentiers : le plus fréquenté est le pas de la Mort.

Les premiers Afghans évacués fin août de Kaboul sont déjà arrivés à Vintimille. Il s’agit d’une famille avec deux enfants encore choqués par le vol, qui ne voulait pas rester dans notre pays. Ils ont été accueillis dans le centre historique de Caritas, situé à côté du chemin de fer, dans la Via San Secondo. Puis ils sont allés en France.

Après un été où environ 5 000 passages ont été relevés, les refoulements se succèdent au rythme d’une centaine par jour. Dans les rues de la ville, la présence de groupes de jeunes du Moyen-Orient et d’Afrique subsaharienne qui attendent pour tenter de passer est discrète mais constante. Ils dorment sur la plage ou sur les berges du fleuve Roya tant que le temps le permet. Tôt ou tard, ils passent, même si la police italienne les évacue souvent.

« Nous avons vu 1 400 personnes en septembre », explique Maurizio Marmo, responsable de Caritas Intemelia, qui est depuis des années le point de référence des personnes en transit pour les produits de première nécessité et l’assistance juridique et sanitaire. Beaucoup viennent de la route des Balkans ou des centres d’accueil après les débarquements en Sicile et en Calabre. Nous attendons plus d’Afghans avec la saison froide ».

Après la fermeture du camp Roya il y a plus d’un an, l’insécurité a augmenté, mais ce sont les passeurs qui causent davantage de problèmes », explique Costanza Mendola, assistante socio-juridique de la Diaconia Valdese, qui travaille avec Caritas sur un projet d’assistance et de surveillance des frontières financé par Acre. Et à la frontière, la dureté de la police française n’a pas changé, même avec les mineurs isolés ».

La liste est habituelle. Manières grossières avec les adultes, femmes contraintes de dormir avec des hommes dans des algecos à la gare de Menton-Garavan, aucune considération pour les mères et les enfants. Comme il est presque impossible de traverser en train, les détenteurs du monopole de la frontière sont une fois de plus les passeurs nord-africains, qui se cachent près de la gare ou sous le pont au-dessus du fleuve. Ils demandent entre 100 et 300 euros par personne pour un voyage en voiture ou en camion, préféré par les Afghans et les Kurdes. Ceux qui n’ont pas d’argent essaient de se rendre en France par des chemins différents.

Nous marchons sur l’un des plus connus, celui qui mène du hameau de Grimaldi à Menton vers le « col de la mort », avec Enzo Barnabà, un historien vintimillais passionné, qui sait relier avec des histoires anciennes et des anecdotes récentes les décennies de traversées sur les sentiers frontaliers interdits. Devant nous, au sommet, le rocher de la Giraude divise les frontières et cache le secret du passage vers la France.

« Celui qui tourne à gauche se retrouve au Passo della Morte – explique Barnabà en me montrant une vieille carte dessinée en 1939 par le juif de Merano Robert Baruch avec les instructions correctes pour ceux qui voulaient fuir en France les lois raciales fascistes -, après quelques mètres le chemin s’interrompt et on tombe dans le ravin juste au-dessus du pont San Luigi. C’est facile de se tromper la nuit si on ne connaît pas le chemin. La dernière victime était un garçon soudanais qui est tombé il y a quatre ans. Il y a quelques semaines, un autre a été secouru par les pompiers français. Le salut se trouve sur le côté gauche de la Giraude. Si vous tournez là, vous vous retrouvez au col du Paradis et vous descendez en France sans problème, même si vous risquez de tomber sur les soldats de la Légion. Les contrôles sont minutieux jusqu’à Nice. Le chemin, fréquenté au cours des 100 dernières années par des émigrants italiens et des réfugiés de toutes nationalités, a été nettoyé il y a un mois, mais il est déjà plein de vêtements, de chaussures, de bouteilles d’eau minérale aux marques slaves inconnues et de tubes de dentifrice. Les histoires douloureuses et lointaines sont souvent reconstituées sur le terrain à l’aide de billets de train et de lettres de transport.

« Ils s’en débarrassent avant la traversée, explique l’auteur de plusieurs essais sur l’histoire locale, pour ne pas ressembler à des migrants lorsqu’ils arrivent en France ». Le long du chemin, on trouve des traces de bivouacs dans les « casouns » abandonnés où vivent les passeurs. Pour payer ceux qui n’ont rien, ils exigent la prostitution masculine ou féminine », conclut Enzo Barnabà, « ou le trafic de drogue. Les personnes qui ont échappé à l’enfer libyen se retrouvent ainsi en enfer à Vintimille ». Sur les murs des maisons de La Gina, un hameau abandonné depuis des décennies, on peut lire les écrits de nombreuses personnes désespérées. A l’extérieur, les scouts ont indiqué avec de la peinture la bonne direction qui mène à la France.

Nous voulons suivre les traces de Souphienne (nom fictif), jeune père libanais qui se dirige vers la Belgique avec sa femme et ses deux enfants de six et deux ans. L’aîné a de la fièvre pour cette nuit dans le froid à essayer de s’en sortir et qui se termine par un refoulement éprouvant. Ce sont les premiers hôtes fuyant le pays des Cèdres de la maison de transit de 12 lits pour personnes seules et femmes du diocèse, qui donne sur le nouveau port construit par les Monégasques sous la vieille ville de Vintimille. En 10 mois, elle a accueilli 341 familles et environ 1 000 personnes. Nous avons payé 10 000 dollars pour faire venir quatre personnes, dit-elle, d’un port près de la Syrie. Le Liban s’effondre, il n’y a rien dans les magasins. Je veux rejoindre mon frère en Belgique pour donner un avenir aux enfants. Des fenêtres, on a une vue splendide sur la mer, les belles maisons de Menton et les luxueux palais de Monte Carlo. La mort et le paradis, la misère et la richesse se rencontrent toujours dans ce passage ligure du nord-ouest.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *