Revue de presse frontière franco-italienne AVRIL 2021: un centre d’accueil à Vintimille ??

Secolo XIX « Petits Centres d’accueil pour les migrants : solution impraticable et par-dessus tout inutile », article en téléchargement mule-migranti
Beaucoup soutiennent que l’utilisation des ex-casernes de l’arrière-pays serait une erreur logistique. Doutes aussi concernant les contrôles dans les trains. »


San Remo News 12 avril : « Le Sous-Secrétaire d’Etat à la Défense Giorgio Mule en visite à Vintimille en mars »
https://www.sanremonews.it/2021/04/12/leggi-notizia/argomenti/politica-1/articolo/il-sottosegretario-alla-difesa-giorgio-mule-in-visita-a-ventimiglia-da-marzo-sono-dimezzati-i-r.html
Le Sous-Secrétaire à la Défense Giorgio Mulè en visite à Vintimille : « Les renvois à la frontière ont diminué de moitié depuis mars, non à un nouveau centre en ville ». (Photo et vidéo)

Scullino : « La ville ne veut pas qu’un centre d’accueil comme celui qui était là avant soit rétabli ».

Après la première poignée de main avec le maire Gaetano Scullino, le sous-secrétaire à la défense, Giorgio Mulè, a rencontré la presse dans la salle du conseil de la municipalité de Vintimille en présence du préfet Alberto Intini, de l’honorable Flavio Di Muro, de l’administration municipale et de nombreux représentants de Forza Italia de toute la province ainsi que du maire de Bordighera, Vittorio Ingenito.
Au centre de la réunion d’aujourd’hui se trouvait la situation liée aux flux migratoires en direction de la frontière, un problème en constante augmentation également en vue de la saison estivale. L’administration de Vintimille, quant à elle, continue de s’opposer à la création d’un nouveau centre pour migrants dans la ville, en confiant la responsabilité de la structure à d’autres administrations voisines.
Nous avons discuté des questions qui concernent Vintimille et la province, des questions d’actualité quotidienne », a déclaré M. Mulè à la fin de la réunion privée avec le préfet et les maires Scullino et Ingenito. « Ma présence aujourd’hui témoigne d’un engagement qui est également présent physiquement sur le territoire et j’ai voulu donner un signe physique de la présence du gouvernement aux côtés de territoires qui méritent une attention absolue ». Je suis également responsable de l’opération ‘Strade Sicure’, qui implique nos militaires en Ligurie, avec un contingent de 45 soldats en soutien aux forces de l’ordre à Vintimille. Cette opération sera progressivement réduite, mais il n’y aura aucune réduction de la présence des militaires à Vintimille et dans la zone frontalière.
Par rapport à la première moitié du mois de mars, où nous avions environ 100 refoulements à la frontière, nous avons aujourd’hui un peu plus de 50 refoulements par jour, ce qui signifie que nous avons divisé les chiffres par deux. Cependant, nous devons nous améliorer en empêchant les migrants d’arriver à Vintimille, et cela peut être fait en mettant en place des tables de rencontre pour filtrer les migrants qui ont tendance à arriver à Vintimille afin qu’ils soient arrêtés en premier sur la route de Rome. C’est un moyen de prévention pour éviter de gérer une situation de grande pression. Lundi, une nouvelle réunion opérationnelle aura lieu afin que l’afflux par train soit mieux contrôlé. Vintimille est un point de transit où environ 70 % des migrants sont réguliers et déjà en possession d’un permis de séjour qui leur permet de se déplacer. Nous devons éviter des situations comme le camp de migrants de Vintimille, mais nous avons besoin d’un réseau sur le territoire avec lequel les municipalités s’engagent dans la gestion des migrants. J’ai remarqué que les maires sont prêts à mettre en place ce réseau. Le maire Scullino a identifié une structure dans une ancienne caserne à Sealza pour accueillir des familles, car il existe également une opportunité à Bordighera. Une autre solution se trouve à Pigna avec les deux anciennes casernes qui donnent la possibilité d’accueillir des personnes en difficulté, qu’elles soient migrantes ou italiennes. Aujourd’hui, je me rendrai à l’Institut de droit humanitaire de Sanremo pour m’assurer que, dans les prochaines semaines, une réunion sera organisée avec toutes les institutions italo-françaises afin de disposer d’un autre lieu pour se rencontrer et trouver des solutions aux problèmes. Avec la France également, il faudra faire face au problème de l’immigration avec la Libye, nous devons développer des relations de coopération internationale ».
« J’exprime mes remerciements au gouvernement et aux invités qui sont venus à Vintimille ce matin pour prendre note de la situation que la ville vit sur la question de l’immigration – a ajouté le maire Scullino – un problème maintenant historique, le réduire totalement est très difficile, j’ai répété que la ville ne veut pas restaurer un centre d’accueil comme celui qui était là avant et je peux dire que même le préfet est d’accord avec moi en disant que cela ne résout pas le problème. Nous avons donc pensé, avec les autres maires de la région, à trouver de petits endroits où nous pourrions placer quelques familles. En tant que maire, j’ai expliqué au sous-secrétaire le problème que vit Vintimille en raison de la perception de l’insécurité et nous devons remédier au problème avec la participation de tous en essayant de limiter les arrivées ».
« Dans ce cas, ceux qui administrent ont pu apprécier la capacité d’équilibre du préfet – a poursuivi le maire Ingenito – l’État est là, le gouvernement est là et nous vous remercions. Il est exact que chaque ville fait sa part en fonction de ses disponibilités.
« La présence physique du sous-secrétaire est importante pour comprendre les demandes des citoyens qui demandent à vivre paisiblement dans leurs maisons – a conclu Flavio Di Muro – depuis des mois maintenant, de nombreuses zones de Vintimille sont dans des conditions de dégradation et nous héritons cela du gouvernement précédent. Il faut avoir le courage d’arrêter l’immigration, surtout l’immigration illégale, car on risque de se retrouver devant les tribunaux. Aujourd’hui, je salue la volonté d’aborder certaines situations et j’espère qu’un changement de rythme aura lieu. Il y a des nouvelles importantes au niveau international, le pacte pour la migration et les droits sur les pays de première arrivée sont rediscutés. Au niveau national il y a l’engagement du Préfet à bloquer le flux qui traverse la péninsule jusqu’à Ventimiglia, je ne comprends pas encore qu’on débarque à Lampedusa et qu’on arrive ici depuis toute l’Italie, là il y a un manque de l’Etat. Au niveau local, je suis content de l’augmentation des agents et je pense qu’il faut aussi leur donner des règles et une organisation qui leur permettent d’identifier ceux qui sont dans des situations douteuses sur le territoire. Il est vrai que 80 % des migrants sont légaux, mais nous devons aussi être conscients que beaucoup d’entre eux arriveront désormais par la route des Balkans. Je me félicite également de la contribution de 700 000 euros qui aidera la municipalité de Vintimille ».
Après la première étape à Ventimiglia, Mulè poursuivra aujourd’hui sa  » tournée  » dans la province, d’abord à Imperia, puis à Sanremo.


Le maire de Pigna, Roberto Trutalli, n’est pas d’accord avec un éventuel centre de transit pour les migrants. Le premier citoyen de la petite ville de l’intérieur est intervenu après les déclarations faites ce matin par le sous-secrétaire à la défense, Giorgio Mulè, lors de la rencontre avec le maire de Ventimiglia Scullino, son collègue de Bordighera Ingenito et le préfet Intini.

« J’ai eu deux heures de conversation – dit Trutalli – vendredi dernier avec le préfet. Au cours de la réunion, j’ai fait comprendre qu’à Pigna, il n’y a qu’une seule caserne utilisable, et il s’agit uniquement de la caserne « Motta » de l’ancien ministère des finances, car la caserne « Manfredi » est en ruine et il faudrait des millions d’euros pour la rendre fonctionnelle. Celui qui pourrait être utilisé est une petite structure, pour laquelle il existe un projet de restructuration pour la création de quatre petits appartements ».
Le maire Trutalli a également souligné le fait que vendredi dernier, avec le préfet, ils avaient discuté et confirmé que Pigna n’était pas autorisée à faire venir les migrants de passage : « Si vous le faisiez – a-t-il poursuivi – vous pourriez créer de sérieux problèmes diplomatiques avec la France. Si cela était fait – poursuit-il – cela pourrait créer de sérieux problèmes diplomatiques avec la France. Il existe en effet deux cols qui pourraient être  » tentants  » pour les migrants de franchir les frontières, peut-être sans contrôle. Une chose est la caserne « Motta » qui peut être configurée, une autre est la « Manfredi ». En tout cas, on peut accueillir les personnes fragiles, peut-être avec le centre anti-violence et pour les femmes qui subissent des mauvais traitements ou pour les familles syriennes ou afghanes, qui pourraient aussi nous aider au niveau démographique et pour le repeuplement de l’école. La propriété se trouve dans un endroit calme et à proximité des carabiniers et pourrait être remise en état, avec un financement déjà prévu ».
Trutalli a réaffirmé avec force : « Nous ne voulons pas que les migrants passent, car nous ne pouvons pas les contrôler. Le problème est ensuite transféré à la communauté de Pigna, au moment même où nous avons des entrepreneurs russes qui investissent des millions dans les thermes. L’arrivée de migrants en transit ne ferait que créer des problèmes, au lieu d’emplois et d’actions concrètes comme l’arrivée de gaz méthane. Nous n’avons pas besoin de situations limites ».


San Remo News 12 avril : https://www.sanremonews.it/2021/04/09/mobile/leggi-notizia/argomenti/politica-1/articolo/da-fratoianni-interrogazione-parlamentare-su-ventimiglia-riaprire-centro-migranti.html

  • Le secrétaire national de Sinistra Italiana, Nicola Fratoianni, a soumis une question parlementaire au ministre de l’intérieur pour dénoncer la situation créée par la fermeture du centre d’accueil de Campo Roja à Vintimille pour les migrants en transit. Il l’a fait en recueillant les plaintes et les appels des associations qui, depuis des mois, mènent des activités de solidarité avec les migrants dans la zone frontalière sans aucune structure publique d’assistance.
    « Des réalités de solidarité qui, comme pour le sauvetage en mer des ONG, pallient l’absence d’une intervention des pouvoirs publics pour au moins soulager la condition désespérée de centaines de migrants en manque de nourriture, de vêtements et contraints de chercher des abris de fortune même en plein hiver ». expliquent la Sinistra Italiana Imperia – Depuis août 2020, des centaines de personnes, dont beaucoup de femmes et de mineurs, en raison de la fermeture du centre de Campo Roja et en l’absence d’un lieu qui pourrait les accueillir, ont été contraints de survivre dans des conditions de risque et de dégradation extrêmes, une situation rendue encore plus grave et dangereuse de par l’urgence sanitaire de la Covid.
    « Face à cette situation honteuse, les administrateurs locaux du Centre droit, mûs comme d’habitude par la recherche d’un consensus facile, n’ont pu que se déclarer opposés à la réouverture d’un centre d’assistance à Vintimille en proposant l’idée saugrenue d’en ouvrir un dans une commune éloignée de la frontière, comme si les migrants qui tentent de passer en France pouvaient être tenus à l’écart du lieu qu’ils cherchent à atteindre. – Ils attaquent – Les migrants ont fini par payer le prix de cette situation, qui ont dû ajouter à ceux déjà vécus d’autres difficultés et souffrances à leur voyage désespéré vers leur destination finale, mais aussi la ville de Vintimille, qui est devenue une fois de plus la scène d’une page laide pour la responsabilité des institutions incapables de prendre en charge des initiatives utiles pour mettre fin à une condition qui n’est pas digne d’un pays qui veut se dire civil ».

https://aic.camera.it/aic/scheda.html?numero=4/08854&ramo=CAMERA&leg=18

* Interrogation officielle d’un député du parti de gauche Liberi e Uguali, Nicola Fratoianni, adressée à la Ministre de l’Intérieur à propos de l’ouverture d’un nouveau centre d’hébergement pour les migrants sur le territoire de Ventimiglia

Depuis le 30 juillet 2020, date à laquelle l’activité du Centre d’accueil pour les migrants en transit « Campo Roya » à Vintimille (Imperia) a cessé, il n’existe plus de dispositif d’accueil institutionnel dédié aux réfugiés qui arrivent sur ce territoire dans le but de rejoindre d’autres pays européens.
Ces derniers mois, les flux migratoires arrivant à la frontière franco-italienne sont restés à des niveaux d’une importance absolue : du 1er janvier 2020 au 25 septembre 2020, selon les données du ministère de l’Intérieur, 12 045 étrangers ont été refoulés par la France à la frontière de Vintimille ; 
Au sein de ces flux, il y a eu et il y a encore des dizaines de familles, des mineurs non accompagnés, des femmes potentiellement victimes de la traite, des hommes présentant de fortes vulnérabilités psychophysiques et psychiatriques, des personnes dont le droit à la protection humanitaire doit être vérifié et dont le seul soutien social et matériel a été délégué à des organisations et associations de volontariat sur le territoire de Vintimille, cependant, il n’y a pas de réelle prise en charge de ces situations vulnérables par les institutions ;
la poursuite de cet état de fait a entraîné une détérioration tragique des conditions de vie de la population migrante et une inquiétude croissante de la population résidente, non seulement en termes d’ordre et de sécurité publics, mais aussi en raison de la poursuite de l’urgence sanitaire Covid-19 en cours et de l’impossibilité matérielle de contrôler efficacement la population étrangère arrivant à Vintimille ;

À mon avis, la mise à disposition d’un hébergement adapté aux migrants en transit, en identifiant une structure appropriée à Vintimille, améliorerait leurs conditions de vie, puisqu’ils sont actuellement contraints de vivre sans abri et dans des conditions indignes, et réduirait le sentiment d’insécurité de la population, Le maire de Vintimille semble fuir ses responsabilités et ses devoirs en vertu de la législation sur la santé publique et se limite à exprimer son opposition à l’ouverture d’un centre d’accueil dans la municipalité de Vintimille :
Compte tenu de ce qui précède, le Ministre n’a-t-il pas l’intention de prendre les mesures relevant de sa compétence pour qu’un nouveau centre d’accueil soit ouvert dans les meilleurs délais et, dans l’intervalle, quelles solutions temporaires entend-il trouver pour que les migrants entrants soient correctement pris en charge à Vintimille ? Où sont concentrés les points de passage frontaliers et le poste de police des frontières où les migrants sont réadmis depuis la France, ce qui permettra de remédier aux nombreuses situations de détresse et de souffrance créées par la fermeture du centre d’accueil pour migrants en transit « Campo Roja » ?

(4-08854)

ATTO CAMERA – INTERROGAZIONE A RISPOSTA SCRITTA 4/08854

Dati di presentazione dell’atto
Legislatura: 18 – Seduta di annuncio: 482 del 08/04/2021
Firmatari
Primo firmatario: FRATOIANNI NICOLA — Gruppo: LIBERI E UGUALI
Data firma: 08/04/2021
Destinatari
Ministero destinatario:

MINISTERO DELL’INTERNO

Attuale delegato a rispondere: MINISTERO DELL’INTERNO delegato in data 08/04/2021

https://www.sanremonews.it/2021/04/03/leggi-notizia/argomenti/cronaca/articolo/ventimiglia-non-si-fermano-le-riammissioni-dei-migranti-al-confine-i-francesi-presidiano-anche-l.html

Article du 3 avril de San Remo News :
« Les réadmissions des migrants ne s’arrêtent pas à la frontière »
Comme vous pouvez le voir sur les photos, la désormais célèbre « terrasse » surplombant la mer est toujours occupée par de nombreux migrants et associations qui leur préparent des repas et leur offrent une assistance sanitaire et juridique.

La question des migrants devient de plus en plus pressante à la frontière franco-italienne de Vintimille et, depuis plusieurs jours, nous enregistrons une série de « va-et-vient » entre les administrateurs locaux, la préfecture de police et les associations humanitaires.
Ces derniers jours, certains ont également estimé la présence à environ 400/500 migrants, mais le nombre semble nettement inférieur, même si la présence de jeunes citoyens extracommunautaires à Vintimille et dans ses hameaux est visible aux yeux de tous. Ils se réfugient principalement dans les zones proches des voies du parc à marchandises, dans l’espoir de trouver une voie d’évasion sur un convoi vers la France. Mais aussi sur les plages de la ville frontière et sur les rives de la Roya.
La plus grande concentration, cependant, se trouve généralement dans la zone de Ponte San Luigi, un endroit où, entre autres, le plus grand nombre de « réadmissions » a lieu de la part des Français qui, ces derniers temps, également en raison de l’urgence Covid, ont intensifié leurs contrôles à toutes les frontières. La police transalpine, en effet, en plus de contrôler attentivement les différents véhicules en transit (où les clandestins peuvent parfois se cacher), surveille également les zones de montagne et, comme on peut le voir sur les photos de Tonino Bonomo, également les chemins de fer. Un agent de la gendarmerie transalpine est toujours présent sur la voie ferrée, où parfois (de manière très dangereuse) certains migrants tentent de passer la frontière.
Les rejets sont vraiment nombreux, nous l’avons souvent souligné, et la confirmation est venue de Jacopo Colomba, chef de projet de  » Weworld « , une ONG qui opère à Vintimille depuis 2016 :  » A Ponte San Luigi les migrants sont rejetés même si aujourd’hui (hier, ndlr) est une journée calme, avec une vingtaine de personnes réadmises en Italie « . Les flux ont augmenté la semaine dernière avec une demi-journée qui a vu jusqu’à 100 personnes. En général, il est beaucoup plus difficile de franchir la frontière, en raison de l’intensification des contrôles policiers italiens et français, notamment à la gare de Vintimille, où les départs sont découragés. Les méthodes pour tenter de passer la frontière sont les plus variées, incluant l’autoroute, le « col de la mort », d’autres chemins ou le chemin de fer avec de sérieux risques pour leur vie et pour le trafic. Le désir d’arriver dans d’autres pays est fort et il est difficile pour les migrants d’y renoncer. Vu l’absence des institutions, nous essayons de leur apporter un soutien, au moins pour les informations nécessaires ».
Une situation qui s’aggrave donc à la fois pour les nombreux rejets des Français (peut-être la raison la plus grave de la présence de migrants à Vintimille) mais aussi pour les arrivées qui, avec la saison estivale, augmentent.
Les associations humanitaires tentent d’apporter leur contribution et, il y a quelques jours, nous avons publié les photos des  » files d’attente  » sur la place du cimetière de Vintimille, où environ 200 personnes attendaient un plat chaud, mais c’est précisément la zone de Ponte San Luigi et Grimaldi, la plus  » battue  » par les migrants et où, pendant longtemps, il n’y a pas d’autre endroit où ils peuvent se rafraîchir et trouver de l’aide.
Comme vous pouvez le voir sur les photos, la désormais célèbre « terrasse » surplombant la mer est toujours occupée par de nombreux migrants et associations qui préparent leurs repas et leur offrent une assistance sanitaire et juridique. Un lieu où de nombreuses personnes s’arrêtent, même et surtout après la fermeture du parc de la Roya et pour lequel il y a également plusieurs plaintes de la part des résidents. Il n’est pas rare, en effet, que la nuit certains migrants se battent entre eux, créant des craintes pour ceux qui vivent dans la zone.
Une situation difficile, donc, qui sera certainement exacerbée dans les prochaines semaines, tant pour l’augmentation des arrivées de migrants que pour les restrictions du Covid qui, comme l’a annoncé hier le président français Macron, vont encore augmenter pour le mois qui vient de commencer.