Film documentaire « La Loi de la Vallée » de Nuno Escudeiro, présentation – au Palais des Nations à Genève le 27/6/19

 Dans Création artisitique, Frontière franco-italienne, Vidéos

Projection du film La Vallée de Nuno Escudeiro
au Palais des Nations à Genève (Suisse) le 27 juin de 13h à 15h
dans le cadre d’un événement co-organisé
par la Commission Internationale de Juristes et le OHCHR
autour de la criminalisation de l’assistance humanitaire dans le monde.

Cette séance spéciale fait écho au dernier rapport du OHCHR coordonné par Monsieur Okafor, expert externe délégué sur ces questions.
Voici le leaflet relatif à la séance en pièce jointe, n’hésitez pas à communiquer l’information dans vos réseaux (et réseaux sociaux).
Les réservations sont possibles jusqu’au dimanche 23 juin en envoyant un mail à l’équipe Migration du OHCHR : migration@ohchr.org
avec le nom complet (noms, prénoms) des invités et leurs numéros de pièces d’identité (carte d’identité ou passeport)

NOTE DU RÉALISATEUR

Depuis que la « crise des migrants » a éclaté, j’ai rencontré au fil de mes précédents projets cinématographiques différents volontaires en Europe, qui avaient pour point commun de s’être mis hors la loi pour avoir aider ces réfugiés : qu’ils cachent des sans papiers en Suède, qu’ils les transportent à travers les Alpes en France et en Allemagne, ou qu’ils leurs font franchir la frontière en Serbie…Toutes leurs actions étaient clandestines de crainte d’être découverts, arrêtés et jugés.
Alors que dans d’autres domaines, l’état lui-même encourage les citoyens à intervenir là où il ne peut le faire ou le faire aussi efficacement. A l’heure où l’on parle de plus en plus de société participative, l’afflux des réfugiés a provoqué une réaction inverse de la part de ces mêmes états.
Au nom du terrorisme et de la sécurité nationale mais aussi de l’austérité, c’est un discours policier qui est offert comme réponse principale à cet afflux. Les citoyens sont invités à ne pas s’en mêler, ils ne sont pas non plus sollicités pour apporter leur soutien.
Plus encore ils en sont formellement empêchés. La peur est devenue bien mauvaise conseillère au point que l’état, lui même, se rend coupable de violation des droits humains en créant une crise humanitaire sans précédent.
La frontière franco-italienne offre une toute autre perspective, un lieu où les gens ne cachent pas ce qu’ils font, où les valeurs morales disputent et transcendent la loi, où le courage permet de surmonter la peur. J’ai eu envie de comprendre pourquoi et comment dans cette vallée, les gens, individuellement et collectivement, agissaient ainsi.
Je suis fils de portugais qui ont fait la révolution, et qui y ont perdu quelques illusions. Je me définis comme un Européen et reste toujours surpris qu’on puisse penser que l’action politique et collective ne pourrait rien changer. Je crois avoir trouvé dans cette vallée de la Roya et à Briançon l’exemple de ces nouvelles formes de participation et d’engagement citoyen qui sont un démenti à ce point de vue “individualiste”, sinon cynique.
Ce qui se passe à la frontière franco-italianne se retrouve un peu partout en Europe, des formes de luttes qui naissent le plus souvent autour d’enjeux et de situations locales mais qui résonnent bien au delà.
Là des femmes et des hommes de toutes générations, qui en ouvrant leurs portes aux réfugiés, nous font entrevoir les forces intérieures qui permettent d’affronter la peur et construire un monde différent.

Nuno Escudeiro

La Vallée

Un film documentaire de Nuno Escudeiro
Auteur(s) : Moritz Bonatti & Nuno Escudeiro
Une production France – Italie : Point du Jour & Miramonte Films
Durée : 75 min
2019 : sélection officiel HOT DOCS « International Spectrum » – Prix du réalisateur émergent.

La région des vallées de la Roya et de la Durance, entre l’Italie et la France, ont appartenu à l’un ou l’autre pays au cours des derniers siècles. C’est par ces vallées que les réfugiés tentent de passer quand ils sont refoulés à la frontière à Menton et Vintimille.
Face à la détresse de ces réfugiés, des habitants ont décidé de les accueillir malgré tout, de les protéger, de leur accorder “le gite et le couvert”. Mais leur geste humain les mettait en danger, c’était contre la loi. Hier encore, la loi nous imposait d’assister toute personne en danger, aujourd’hui
elle limite ce droit à ceux qui ont des papiers.
Finalement, les habitants de la vallée ont décidé de rendre publique leurs actions, une manière d’appeler à la solidarité. Mais l’arrivée de nombreux média a conduit à un renforcement de la présence policière et des contrôles et a mis en danger les réfugiés et les gens de la vallée et leur famille.
Ce film raconte leurs histoires personnelles mais aussi leurs interactions collectives. Il s’attache aux pas des gens “ordinaires” qui luttent pour continuer de faire ce qu’ils et elles pensent juste moralement, au nom de la solidarité.

Articles récents
Contactez-nous

Not readable? Change text. captcha txt