L’OBS : « Délit de solidarité » : sept militants de la Roya passent une nuit en garde à vue

Alain Creton, dans le documentaire « La Vallée » (Nuno Miguel Pereira Escudeiro)

A l’aube, mercredi, des gendarmes lourdement armés ont mis en garde à vue Suzel Prio, Alain Creton et d’autres militants, qui aident les migrants dans cette vallée à la frontière italienne.

Par Pascal Riché Publié le 14 mars 2019 à 19h23

Les autorités continuent de s’en prendre aux militants qui aident les migrants errant à la frontière italienne, dont le plus célèbre est Cédric Herrou. Mercredi 13 mars, vers 6 heures, sur la base d’une commission rogatoire délivrée par un juge d’instruction de Nice, plusieurs interventions de la gendarmerie ont eu lieu dans la vallée de la Roya, dans les Alpes-Maritimes. Sept personnes ont été mises en garde à vue. Elles ont passé une nuit en détention, et sont sorties ce jeudi 14 mars après midi. Parmi elles, Suzel Prio, animatrice de Roya Citoyenne, et Alain Creton, accompagnateur en moyenne montagne. Ce dernier a refusé de prendre un avocat, considérant que le fait qu’apporter son aide à autrui est une démarche humaine ordinaire, qui n’a pas à être défendue devant la justice. Les sept n’ont pas tous été arrêtés à l’aube : ainsi, René Dahon a été convoqué pour être lui aussi mis en garde à vue.

Ils sont soupçonnés d’avoir  apporté leur aide à l’entrée et au séjour de personnes en situation irrégulière : le fameux « délit de solidarité« , au cœur de nombreuses polémiques. Et qui, selon les organisateurs des droits de l’homme, contrevient au principe de Fraternité, reconnu comme constitutionnel. En juillet 2018, le Conseil constitutionnel a érigé la Fraternité au rang de principe constitutionnel, au même titre que la Liberté et l’Egalité. L’aide désintéressée au séjour d’une personne en situation irrégulière ne peut être considérée comme délictuelle, selon le Conseil. Il en va différemment pour l’aide à l’entrée sur le territoire.

« Armes automatiques et tenues anti-émeute »

Selon Nuno Miguel Pereira Escudeiro, le réalisateur du film « la Vallée », sur la lutte de ces militants, en contact avec ces derniers, les gendarmes qui ont organisé l’arrestation étaient équipés « d’armes automatiques et de tenues anti-émeute ». Son film décrit notamment la mise en place d’un dispositif policier sans précédent pour faire pression sur les gens de la vallée afin qu’ils cessent d’aider les migrants. Le documentaire sera diffusé début mai sur Public sénat et sur Arte.

Le fils de Suzel Prio, Raphaël, a été condamné en décembre dernier en appel pour avoir « transporté » des migrants. Le collectif Migrants 83 dénonce un nouveau cas de « harcèlement ».

Pascal Riché

Pascal Riché

Journaliste

Laisser un commentaire