Rapport en anglais du TNI: Un espace en peau de chagrin pour la solidarité avec les migrant·e·s et les réfugié·e·s

 Dans Actualités, Information, Juridique, Mobilisation

Un espace en peau de chagrin pour la solidarité avec les migrant·e·s et les réfugié·e·s

Comment l’Union Européenne et ses états membres ciblent et criminalisent les défenseurs des droits des personnes exilées

Un rapport du TransNational Institute d’Amsterdam, présidé par Susan George, politologue franco-américaine, présidente d’honneur et co-fondatrice d’ATTAC-France, réalisé par Yasha Maccanico, Ben Hayes, Samuel Kenny et publié le 02 October 2018 à télécharger en .pdf 6.14 MB

Résumé:

« La crise des réfugiés » en Europe a déclenché une vague d’actions de solidarité à la fois par les organisations de la société civile et par les citoyens ordinaires. Leurs efforts faisaient partie d’une vague de compassion, comme les convois organisés vers les centres d’accueil des réfugiés, accueillis chaleureusement à l’arrivée dans les gares et le long des routes, fournissant de la nourriture et de l’eau à ceux qui font le voyage depuis la Syrie et ailleurs. Juste quelques années plus tard, ces mêmes militants sont traités comme des criminels  et des missions  humanitaires de recherche et de sauvetage sont criminalisées.

L’attaque actuelle est née de l’intensification de l’approche restrictive de la politique d’immigration de la fin 2014 et le traitement appliqué par  l’UE à l’Italie et àla Grèce, états de première ligne sur les voies de migration vers l’UE . Aujourd’hui, en Europe, la solidarité avec les migrants et les réfugiés peuvent mener à une arrestation, à des problèmes juridiques, ou au harcèlement. Les actions de la police nationale, des systèmes judiciaires, des pouvoirs politiques et des militants d’extrême-droite ont créé et aggravé l’hostilité à la solidarité avec les réfugiés et les migrants.

Le présent rapport examine comment la politique de l’UE a joué et offre un aperçu  des façons dont des citoyens et des mouvements politiques résistent aux politiques xénophobes et sécuritaires.

 

information transmise ce jeudi 4 oct. 2018 à 10:30 par Marine DEHAAS via DelitSolidariteFraternite <delitsolidaritefraternite@rezo.net>

Pas mal de choses qu’on a déjà vu passer sur cette liste (question du sauvetage en méditerranée, de la criminalisation des actions de solidarité aux frontières etc.), mais intéressant car dans une perspective européenne, on voit dès lors bien qu’il ne s’agit pas que de la France !

(d’où l’enjeu de signer l’initiative citoyenne européenne pour mettre fin au délit de solidarité en Europe)

 

Articles récents
Contactez-nous

Not readable? Change text. captcha txt